A propos des évaluations des impacts écologiques

L'évaluation environnementale d'un produit, comment ça marche ?

Evaluer les impacts environnementaux d'un imprimé, c'est commencer par raconter son histoire :


- Quels sont les matériaux qui le composent ?

- D'où viennent ces matériaux ?

- Quelles sont les étapes de transformation ?

- Comment l'imprimé est-il acheminé pour arriver chez le lecteur ?

- Comment le produit termine-t-'il sa vie : incinéré, recyclé, conservé pendant plus d'un siècle ...?


Pour obtenir ces informations, chaque maillon de cette chaine est mis à contribution. Cela est rendu d'autant plus simple que le groupement est assez représentatif : des papetiers, des imprimeurs et des éditeurs. Parfois lorsque les informations ne sont pas disponibles, nous utilisons des moyennes nationales voire même européennes.


Une fois cette histoire racontée, nous croisons toutes ces informations avec une base de données environnementale qui permet de transformer ces informations en des "impacts sur l'environnement".


Les méthodes d'inventaire de cycle de vie ont été réalisées en 3 sous groupes

- Papier (Bollore thin papers, Vertaris,UPM,...)

- Adjuvants  

- Transports (Gutenberg networks,...)


Enfin, les évaluations ont été réalisées par la cellule Etude de l'UNIC en s'appuyant sur l'outil Bilan Produit de l'ADEME, la base de données fournie par le MEDDTL et le support de la société SGS. Ces premières évaluations sont basées sur un modèle simplifié en cours de conception et d'amélioration. 

Comment comparer les imprimés entre eux ?

La question de la comparaison entre deux imprimés a été posée dès le début. Si cet enjeu est moins fort que dans d'autres secteurs de la consommation - on ne choisirait pas de prime abord un livre par rapport à ses impacts environnentaux, mais plutot son sujet - il ne faut pas pour autant le négliger.


Ainsi une unité de base a été définie, valable pour tous les imprimés : "Fournir de l'information imprimée sur une page A4". Attention, à aucun moment nous ne nous interressons à l'information fournie : un texte, une photo, un essai philosophique, une publicité, une facture ... Tout le monde au même niveau ! Nous rapportons ainsi tous nos résultats à cette unité, afin de d'envisager une comparaison.


Un autre type de comparaison a été pris en compte : la lecture d'une information entre le papier et l'electronique. Pour pouvoir effectuer cette comparaison, le paramètre "temps de lecture" a été pris en compte. Cette deuxième unité de base a été définie ainsi : "une minute de lecture d'informations". Pour des raisons de difficulté méthodologique, nous n'avons pas souhaité l'utiliser dans cette expérimentation, tout en reconnaissant son importance, dans un monde où les usages de la consommation d'information évoluent aussi vite !


A propos du choix des impacts à afficher

les critères affichés sur l’étiquette

Après débats au sein du groupement, trois indicateurs ont été selectionnés pour figurer sur cette étiquette :


Pic d'ozone


Mesure les substances à l'origine de la formation d'ozone au niveau de la troposphère (basse atmosphère) qui génèrent entre autre, des pics de pollution en période estivale et les brouillards de pollution  ("les smog"). L'unité représentative est l'éthylène (C2H4), un des Composés Organiques Volatifs (COV) qui en, présence de lumière du jour (ultraviolet) se transforme en, ozone troposphérique. Basé sur la méthode "RECIPE 2008" 


Climat


Prise en compte des émissions de gaz à effet de serre (CO2, méthane…) qui contribuent au phénomène de réchauffement climatique à l’horizon de 100 ans. équivalent kg gaz carbonique (kg eq CO2). Basé sur la méthode "IPCC GWP 100"


Ressources


Mesure la consommation de ressources naturelles non renouvelables, telles que le zinc, le gaz naturel, le charbon, le pétrole. Se compare à des kg d'antimoine (Sb), matériau dont on connait la présence sur terre. Basé sur la méthode "CML 2011"



Les autres critères

Les critères suivants n'ont pas été pris en compte dans les étiquettes. Cela ne signifie pas pour autant que ces impacts ne soient pas significatifs, mais il nous a fallu choisir en fonction de notre capacité à mesurer l'impact, la cohérence avec d'autres initiatives existantes, l'intérêt de représenter cet impact et la compréhension que le grand public peut en avoir.


Ce choix n'est donc nullement définitif. Il pourra évoluer au fur et à mesure de nos études, des retours d'expériences, des retours des lecteurs. Enfin notons que ce choix a été le fruit d'un compromis entre les membres du collectif et non d'un consensus.



L'eau




La consommation nette d'eau se mesure en mètre cube d'eau et correspond à la quantité d'eau prélevée aux milieux naturels (nappes phréatiques, rivières). Cet indicateur n'a pas été retenu faute de méthode de mesure reconnue.

Les fibres


La qualité des fibres non controversées traduit l'impact potentiel sur des forêts non gérées durablement. Cet indicateur n'a pas été retenu pour le moment faute de méthode fiable et reconnue de mesure.

  

les marées vertes





Les marées vertes sont liées au changement de la composition chimique des eaux, favorisant le développement d'algues vertes : c'est l'eutrophisation.


Cet indicateur n'a pas été retenu car considéré comme évoluant de manière trop proche de celui du climat. En effet dans le cadre de la production d'imprimé, ce sont les mêmes paramètres qui influent sur ces 2 indicateurs. Cet indicateur n'apporte donc aucune information complémenrtaire au consommateur pour les imprimés. Cependant, cela ne signifie pas que celui-ci soit négligeable et ce raisonnement ne s'applique pas forcement pour d'autres produits.


la Biodiversité



Un indicateur biodiversité permettrait de mesurer l'impact d'un produit sur la faune et la flore. Cet indicateur n'a pas été retenu faute d'une méthode de mesure fiable et reconnue de tous.

A propos des étiquettes

Valeurs absolues,  barèmes ou note finale ?

Telle est la question que nous nous sommes posés. Suite à une consultation auprès des lecteurs (voir page "consulation des lecteurs"), les étiquettes avec des barèmes et des notes synthétiques du même type que celle des diagnostic énergetiques arrivent en premier. Ci dessous, quelques exemples d'étiquettes auxquels nous avons réfléchis :


     


Toutefois, ces étiquettes utilisant des barèmes, indiquent de bons scores (A, B) et de mauvais scores (F,G).  l'état actuel des études, de nos connaissances et de nos moyens ne nous permet pas de calculer et de mettre à disposition du public des barèmes légitimes. Aussi nous avons préféré afficher des valeurs absolues, moins appréciées par les lecteurs, mais plus justes à nos yeux


La genèse des étiquettes

La conception même de l'étiquette "IMPACT ECOLOGIQUE" a été le fruit de nombreux échanges afin de prendre en compte les avis de chaque membre du collectif. Sous la houlette de Prisma Corporate media, chaque membre a exprimé ses attentes en fonction de son optique, ses priorités, sa culture.  Parallèlement aux calculs et aux choix des indicateurs, nous avons cherché à les représenter le mieux possible. Didactique, concis et ludique sont devenus les maîtres mots.


L’espace alloué à ce type d’affichage n’étant pas très grand, nous avons rationnalisé les informations (ne pas en mettre trop, juste l’indispensable) en prenant en compte le niveau de compréhension de chacun. Notre choix a été de dire le nécessaire et de renvoyer vers un site plus complet. Le travail graphique n’a pas été négligé, ces informations ont été “emballées” dans une étiquette à la forme moderne et épurée.


C'est ainsi que nous avons concu quasiment une gamme d'étiquettes, aux formats et couleurs adaptées aux membres de Scoredit :


Etiquette couleur - 50 x 40 mm

Présence des indicateurs

Référence au site scoredit

Garantie d'une excellente lisibilité.

Etiquette couleur - 50 x 40 mm

Présence des indicateurs

Référence au site scoredit

Présence d'un QR-Code pour accéder à un complément d'informations via un smartphone


Etiquette couleur - 35 x 25 mm

Les indicateurs ne sont pas affichés sur l'étiquette

Référence au site scoredit

Présence d'un QR-Code pour accéder à un complément d'informations via un smartphone 

Etiquette couleur - 52 x 12,5 mm

Les indicateurs ne sont pas affichés sur l'étiquette

Référence au site scoredit

   


Chaque format précédemment cité existe en noir et blanc et en niveaux de gris



Place à l'innovation : L'éco-communication mobile 

Attention innovation ! Vous aimeriez en savoir plus ? Vous souhaitez donc obtenir un complément d'information imémdiatement ? sans avoir à aller sur votre ordinateur ? C'est désormais possible en utilisant votre téléphone mobile, à internet et à l'utilisation des "QR_code" (quick response code).Vous aurez besoin pour cela d'un téléphone récent (un smartphone) et d'une application adaptée (Mobile Tag, I-Nigma, Bookbeo...)


Ce QR_code vous redirigera directement vers le présent site scoredit.fr ou vers une page proposée par l'éditeur.






Testez ce procédé en flashant le code ci-dessous ou en vous rendant sur ce lien, qui vous redirigera vers un service partenaire développée pour l'occasion (l'éco-afficheur) et qui redirige un lecteur à toutes les informations autour de cette étiquette : détails sur l'imprimé, son cycle de vie, ses impacts, ses actualités, l'entreprise éditant cet imprimé, le référentiel qui a servi à évaluer, la société ayant réalisé l'évaluation des quizz....